Fontaine monumentale

Yaacov AGAM, 1977

À propos

Éminent représentant de l’art cinétique, l’artiste israélien Agam propose ici une œuvre en perpétuel mouvement. Sa Fontaine monumentale s’étend sur deux niveaux : le gigantesque bassin recouvert d’émaux de Venise aux multiples nuances, équipé de soixante-six jets d’eau, se prolonge par un large déversoir. Pour La Défense, Agam conçoit une œuvre d’art totale, dotée d’une machinerie complexe. Elle devient sonore lorsque la musique accompagne les jeux d’eau. Tout concourt à rendre l’œuvre vivante : la couleur, la lumière, le rythme de l’eau, et les illusions d’optique qui en résultent pour le passant.

 

Cette Fontaine monumentale a été commandée par l’aménageur. Elle s’inscrit dans la politique d’acquisition d’œuvres d’art initiée au début des années 70 suivant le conseil de Germain Viatte, directeur au Musée National d’Art Contemporain, dans le cadre de la collaboration entre les deux institutions. Selon cette nouvelle orientation, il s’est agi de privilégier les commandes directes à des artistes de renommée internationale d’œuvres monumentales conçues pour La Défense. Une phase d’étude précédait la réalisation après acceptation du projet. L’Araignée Rouge de Calder et les Personnages fantastiques de Miró sont elles aussi les fruits de cette approche.

 

Majestueuse, la Fontaine monumentale est installée au centre de l’esplanade, le spectacle de ses jets d’eau, « l’eau d’artifice » comme dit l’artiste, étant vite devenu une de ses principales attractions.

 

Initialement, Agam prévoyait dans son œuvre la présence du feu avec un système de « sculptofeux » associant torches de gaz enflammé et jets d’eau a été testé. Malheureusement, jugé trop complexe et trop dangereux, il n’a pas été installé.

 

Cette œuvre est visible dans le Parcours Les incontournables

Galerie photos

Découvrir l’œuvre en photos

Galerie photos

Plan et maquette

La vie de l'artiste

L'artiste

Artiste israélien, né en 1928 et élève du Bauhaus, Yaacov Agam commence à s’intéresser au mouvement cinétique au début des années 50. À travers des éléments structurels métalliques, des moyens comme le son et la lumière ou des éléments comme l’eau, il sollicite le spectateur qui, en se déplaçant, apprécie de nouvelles facettes de l’œuvre en découvrant ses multiples possibilités.

Agam (à gauche sur le photo) à l’inauguration de sa Fontaine monumentale

Anecdote

Le saviez-vous ?

La signature d’Agam peut se voir sur son œuvre à cet emplacement

Extrait audio

Écouter l’audioguide

00:00 / 00:00

Galerie photos

L'incroyable machinerie de la fontaine

Formulaire de contact