Le Chemin de l’île de soi

Noël DOLLA, 2021

À propos

Le Chemin de l’île de soi
2021, gabions, mouchoirs, teintures, dimensions variables
Courtesy Noël Dolla et Galerie Cesson-Beneytière

 

Pour Les Extatiques, Noël Dolla réalise une installation in situ, ouverte à de multiples points de vue. Visible du ciel et sur l’écran géant de La Seine Musicale, l’œuvre s’arpente sur terre, dans le jardin Bellini. Deux images mentales, produisant un flux de réflexions et de sensations inédites, un voyage introspectif et initiatique sur « Le Chemin de l’île de soi ». Ce S.O.S sera composé de gabions (cages) et d’une multitude de morceaux de tissus de soie aux couleurs vives qui vibreront sous l’effet du vent à l’image d’une nuée d’oiseaux multicolores. Ces tissus seront peints à la main par l’artiste, dans la continuité de son travail d’exploration de la pratique picturale. « Lancer un S.O.S est un cri d’espoir, c’est vouloir croire que tout est encore possible. […] plus de liberté, de justice, d’équité, d’amour, de poésie et de beauté pour tous les êtres vivants sur cette belle et unique planète, pour l’instant encore bleue ». Noël Dolla

 

Cette œuvre est visible dans le Parcours Les Extatiques 2021 – Seine Musicale

Galerie photos

Galerie photos, vues d'ensemble © Martin Argyroglo

La vie de l'artiste

À propos de l'artiste

Né en 1945 à Nice, France. Vit et travaille à Nice, France.

Noël Dolla a débuté son travail dans la nature « land art » même si il ne revendique pas le terme ; dès 1969 ; avec sa première des Restructurations Spatiales. Depuis plus de cinquante ans, il s’interroge sur l’essence de la peinture et plus particulièrement de la peinture abstraite. Il déplace continuellement son travail dans des champs d’investigations qui lui permettent d’explorer la pratique picturale jusqu’à ses limites ou marges les plus fines. « Dolla aime travailler ce qu’il appelle son “côté ménager”, il utilise des objets modestes et familiers qui sont ceux du quotidien de la maîtresse de maison, du peintre en bâtiment, ou du pêcheur à la ligne. Ce vocabulaire, mis en place depuis la fin des années 60, lui permet de réinvestir la peinture en explorant son actualité. Dolla n’est pas un donneur de leçon, il travaille l’incertitude, il interroge notre manière de regarder, notre point de vue de spectateur (au propre et au figuré). Il nous oblige à aborder la peinture dans une multiplicité d’espaces possibles (de la frontalité du mur à l’échelle d’une salle, d’un paysage qu’il investit à la surface d’un objet) ; il nous incite à ne plus considérer l’activité du peintre sous l’unique aspect d’une production d’images, ou d’un simple exercice de style sur surface plane… » Françoise-Claire Prodhon

Galerie photos

Galerie photos, vues de détails © Martin Argyroglo

Vidéo

L'artiste nous parle de son œuvre © BeauxArts © Martin Argyroglo

Galerie photos

Galerie photos, processus de création et montage de l'oeuvre © Martin Argyroglo

Formulaire de contact